2012

Le premier

UN FLACON D’EXCEPTION

POUR UN MILLÉSIME HISTORIQUE

L’année 2012 marque à jamais des évènements majeurs : l’accession d’Angélus au rang de Premier Grand Cru Classé « A », l’arrivée de la huitième génération au sein du Directoire, le 230ème anniversaire de l’arrivée de la famille de Boüard de Laforest à Saint Emilion, et des travaux d’agrandissement et d’embellissement de la propriété d’une envergure sans précédent.

Aussi, Stéphanie de Boüard-Rivoal a tenu à célébrer ce millésime par un nouvel écrin : un flacon d’exception pour un millésime historique.

Capsulée de noir aux armes de la famille de Boüard de Laforest, la bouteille 2012 a remplacé sa traditionnelle étiquette papier par une impression d’or en relief. Le précieux alliage pare le verre, apporte son éclat et sublime la cloche, emblème d’Angélus.

Toute la récolte 2012 bénéficie de ces prestigieuses bouteilles déclinées pour partie en grands formats, du magnum au melchior.

Angélus s’attachant à toujours plus d’exigence et n’ayant de cesse d’être à la hauteur de la confiance de ses amateurs a souhaité les remercier avec ce flacon d’exception.

L’or relief

Un procédé de fabrication sophistiqué

Une première impression d’émail est cuite à 600° C. afin de se vitrifier pour faire totalement partie du verre. Elle est recouverte par une impression d’or qui subit une deuxième cuisson à 500° C. au cours de laquelle l’or adhère totalement à la couche d’émail. Le décor est finalisé par un brossage qui révèle la finesse et l’éclat de l’or véritable 21.7 carats.

Les mythiques

2014L'indien

2012Le premier

2005L'excellence

2000L'imaginaire

1996

1992

1985

1953

1899

˙

Ce millésime fait aussi partie des très grandes années bordelaises. A Angélus, il est couronné par les notes exceptionnelles des plus grands critiques et plébiscité par tous les professionnels. Harmonie, équilibre entre puissance et fraîcheur, précision aromatique caractérisent ce millésime à nul autre pareil.

2000 allie le fabuleux du millésime d’exception et l’imaginaire du nouveau millénaire. Tous les superlatifs sont permis. Le vin présente des fruits éblouissants, une bouche ample, une concentration phénoménale et une structure tannique magnifique….

Château Angélus devient Premier Grand Cru Classé « B » de Saint-Emilion. Les vins, très colorés, développent des arômes de liqueur de cassis, de cuir. La bouche est dense, puissante, avec une structure précise. Ce millésime présente toute la complexité des grandes années classiques.

C’est dans les années difficiles que les grands terroirs expriment leur différence voire même leur suprématie. En 1992, malgré une climatologie difficile, Angélus a réussi le pari, grâce à des soins intenses apportés au vignoble, de faire un grand vin qui restera une des références bordelaises. Robe d’encre, nez de fruits noirs, réglisse, tabac et notes de sous-bois, bouche ample et veloutée, tannins serrés et équilibrés enchantent la dégustation.

Hubert de Boüard de Laforest prend les rênes de la propriété. Pour la première fois, c’est lui qui doit prendre seul les décisions tant dans les vignes que dans les chais. 1985 est donc le millésime de la mise en pratique de ses premières réflexions sur l’adaptation du travail du vignoble et de la vinification aux caractéristiques du millésime. Pour une première, il reconnaît avoir été aidé par la nature qui lui a offert de somptueux merlots. Le millésime 1985 est très velouté et charmeur. Il a un côté roti avec de délicieuses notes de tabac.

Ce très grand millésime a été vendangé du 29 septembre au 17 octobre comme le relatent les notes retrouvées dans les carnets de vendanges de Jacques et Christian de Boüard de Laforest. Exceptionnellement, quelques bouteilles sont ouvertes au domaine. A ces occasions, c’est avec plaisir que l’on peut constater que ces vins ont un nez toujours très expressif, mélange de tabac, de confiture d’oranges et de figues, et une structure encore présente qui s’appuie sur une fraîcheur agréable.

C’est le plus vieux flacon de la cave d’Angélus. Il y trône, garant du passé et gardien bienveillant de sa « descendance ».